La maisonnee

 

1380-1415 Nous sommes au coeur de l’un des conflits les plus illustres du Moyen-Âge : la Guerre de Cent Ans.

 

La Mesnie Saint Martin représente une maisonnée composée d'ouvriers, d'artisans, de miliciens et de militaires de carrière regroupés autour du hameau Saint Martin (site d'interprétation historique situé à Béthanie).


Bellatores

Ils sévissent sur les routes de France: routiers, écorcheurs, brigands.

 

Depuis la victoire de Cocherel (1364), les victoires françaises sur l’envahisseur anglais se multiplient, et la domination de Charles V, dit le Sage, est alors indiscutable. Cette nouvelle puissance militaire ne repose pas sur une armée gigantesque, mais sur les routes. Il s’agit de troupes de mercenaires organisés en compagnies comptant une centaine d’hommes expérimentés et menés par des commandants de valeur, parmi lesquels Bertrand du Guesclin, aussi appelé le Dogue de Brocéliande. C’est alors une longue guerre constituée de multiples escarmouches et prises de places fortes qui permettent aux français de ravir les territoires occupés aux anglais.

 

Au besoin, la Mesnie Saint Martin est capable de fournir une à deux lances (une lance est une troupe de 5 à 10 hommes) équipées et prêtes à servir celui qui paiera le bon prix.


Parmi les hommes d’armes équipés de leurs lances, épées et fauchons, découvrez l’un des atouts majeurs des forces de Charles V : les archers.

 

En effet, suite aux défaites de la chevalerie française face aux troupes d’archers aux batailles de Crécy (1346) et Poitiers (1356), le roi Charles V promulgue, le 3 avril 1369, une ordonnance qui interdit aux sujets toutes distractions  « qui n'ont point d'utilité pour exercer nos dits sujets au maniement des armes ». C’est donc l’entraînement à l’arc qui est mis en avant auprès de la population, et très vite, milices et troupes régulières excellent dans le maniement de cette arme au point de faire perdre aux anglais leur suprématie militaire dans le domaine.

 

Les archers du Dogue constituent une branche sportive de la Mesnie. En plus des performances et présentations au public, leur participation aux tournois de la Fraternité du Grand Chêne et Al-Mansur leur assure visibilité et prestige!

 


laborantes

 

Dans un royaume dont la majorité de la population est composée de paysans et travailleurs, il serait inexact de ne représenter que des chevaliers et hommes d'armes en armures rutilantes.

 

Certains membres ont donc choisi de représenter des gens du peuple et de faire revivre les métiers d'autrefois à travers des ateliers interactifs et des expérimentations archéologiques. Nombre de ces gens sont aussi en service au sein de la milice de la ville. En plus de leurs tâches quotidiennes, ils suivent un entraînement régulier aux armes et participent aux services de guet et de défense de la cité sous les ordres de leur capitaine.